L'éducation pour la réconciliation

Apprenez comment le gouvernement du Canada répond aux appels à l'action 62 à 65 de la Commission de vérité et de réconciliation.

62. Nous demandons aux gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, en consultation et en collaboration avec les survivants, les peuples autochtones et les éducateurs, de :

  1. rendre obligatoire, pour les élèves de la maternelle à la maternelle, l'établissement d'un programme adapté à l'âge des élèves portant sur les pensionnats, les traités de même que les contributions passées et contemporaines des peuples autochtones à l'histoire du Canada;
  2. prévoir les fonds nécessaires pour permettre aux établissements d'enseignement postsecondaire de former les enseignants sur la façon d'intégrer les méthodes d'enseignement et les connaissances autochtones dans les salles de classe;
  3. prévoir le financement nécessaire pour que les écoles autochtones utilisent les connaissances et les méthodes d'enseignement autochtones dans les salles de classe;
  4. créer des postes de niveau supérieur au sein du gouvernement, à l'échelon du sous-ministre adjoint ou à un échelon plus élevé, dont les titulaires seront chargés du contenu autochtone dans le domaine de l'éducation.

Que se passe-t-il?

Le gouvernement du Canada travaille de concert avec le Conseil des ministres de l'Éducation (Canada) afin d'accroître les connaissances et la sensibilisation à l'égard de l'histoire et de la culture des Premières Nations, des Inuit et des Métis dans l'ensemble du Canada, ainsi que d'accroître les connaissances des enseignants, des élèves et des chefs d'établissement scolaire au sujet de l'histoire et de la culture des peuples autochtones et de les sensibiliser à ces sujets.

Par ailleurs, dans le cadre du budget de 2016, le gouvernement investit 275 millions de dollars sur le plan des langues et de la culture jusqu'à l'exercice de 2020 à 2021. Services aux Autochtones Canada (SAC) collabore avec des partenaires des Premières Nations dans le but de transformer le système d'enseignement primaire et secondaire des Premières Nations dans les réserves, ce qui comprendra la mise en place de nouveaux modes de financement combinés à des investissements au chapitre des langues et de la culture afin de répondre aux besoins particuliers des élèves autochtones.

À compter de l'exercice de 2017 à 2018, SAC versera 3 millions de dollars par année pendant 3 ans à l'Université des Premières Nations du Canada dans le but de mettre sur pied un centre national pour la collaboration sur l'éducation des Autochtones. Ce centre national servira de ressource d'information pour la réconciliation et sera axé sur les besoins croissants des élèves, des enseignants et des divers décideurs qui jouent un rôle dans l'éducation autochtone préscolaire, primaire et secondaire au Canada.

63. Nous demandons au Conseil des ministres de l'éducation (Canada) de maintenir un engagement annuel à l'égard des questions relatives à l'éducation des Autochtones, notamment en ce qui touche :

  1. l'élaboration et la mise en œuvre, pour les élèves de la maternelle à la douzième année, de programmes d'études et de ressources d'apprentissage sur les peuples autochtones dans l'histoire du Canada, et sur l'histoire et les séquelles des pensionnats;
  2. la mise en commun de renseignements et de pratiques exemplaires en ce qui a trait aux programmes d'enseignement liés aux pensionnats et à l'histoire des Autochtones;
  3. le renforcement de la compréhension interculturelle, de l'empathie et du respect mutuel;
  4. l'évaluation des besoins de formation des enseignants relativement à ce qui précède.

Que se passe-t-il?

Le gouvernement du Canada n'est pas responsable de l'appel à l'action 63.

64. Nous demandons à tous les ordres de gouvernement qui fournissent des fonds publics à des écoles confessionnelles d'exiger de ces écoles qu'elles offrent une éducation religieuse comparative comprenant un segment sur les croyances et les pratiques spirituelles autochtones élaboré conjointement avec des aînés autochtones.

Que se passe-t-il?

Le gouvernement du Canada n'est pas responsable de l'appel à l'action 64.

65. Nous demandons au gouvernement fédéral, par l'intermédiaire du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, et en collaboration avec les peuples autochtones, les établissements d'enseignement postsecondaire, les éducateurs de même que le Centre national pour la vérité et réconciliation et ses institutions partenaires, d'établir un programme national de recherche bénéficiant d'un financement pluriannuel pour mieux faire comprendre les facteurs associés à la réconciliation.

Que se passe-t-il?

En mettant en place un programme de recherche national permettant de favoriser la compréhension de la réconciliation, le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et ses partenaires doivent tenir compte des points de vue et du système de connaissances des Premières Nations, des Inuit et des Métis au Canada. Depuis 2016, le conseil a entamé un dialogue avec les communautés, les étudiants, les chercheurs et les autres partenaires autochtones pour aider à identifier les grands principes de ce programme. Ces partenaires comprennent :

  • le Centre national pour la vérité et la réconciliation;
  • les partenaires et les chercheurs des Premières Nations, inuits et métis;
  • des représentants d'établissements d'enseignement postsecondaire;
  • d'autres organismes subventionnaires fédéraux.

Depuis 2016, le conseil a également consulté les organismes et ministères fédéraux concernés pour donner suite à l'appel à l'action 65. Il s'agit notamment de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, de Services aux Autochtones Canada, de Patrimoine canadien, d'Innovation, Sciences et Développement économique Canada, du Conseil des arts du Canada, d'Affaires mondiales Canada, d'Environnement Canada et de l'Agence canadienne d'évaluation environnementale.

Le conseil a organisé des discussions de groupe et des ateliers lors d'importantes conférences académiques et a subventionné des activités de synthèse des connaissances et ce, pour générer des discussions afin d'aider à cerner les éléments-clé d'un programme de recherche national sur la réconciliation. Ces activités comprenaient des discussions de groupe tenues au Congrès des sciences humaines 2017 à l'Université Ryerson et le sommet sur le genre à Montréal où les participants ont discuté de l'inclusion des systèmes de connaissances autochtones, des questions d'équité entre les sexes et de la recherche communautaire.

En juillet 2018, le CRSH a publié un rapport sommaire présentant les résultats de 28 subventions de synthèse des connaissances ainsi que les discussions tenues lors de 2 grands forums portant sur les systèmes de connaissances, les expériences et les aspirations des Premières Nations, des Inuit et des Métis. Entre les exercices financiers de 2011 à 2012 et de 2018 à 2019, 22 % des subventions Partenariats du CRSH ont été attribuées à des projets de recherche autochtone menés avec et par des Autochtones.

En octobre 2017, le Comité de coordination de la recherche du Canada a été mis sur pied. Le comité a réaffirmé son engagement envers l'appel à l'action 65 de la Commission de vérité et réconciliation et a établi comme priorité un dialogue national afin d'identifier des nouveaux modèles de recherche et de formation à la recherche qui auraient pour but d'accroître la capacité des communautés autochtones à effectuer des recherches et à établir des partenariats avec l'ensemble de la communauté de recherche.

En ce qui concerne les Inuit, la co-construction sera guidée par la Stratégie nationale inuite sur la recherche de mars 2018.

Dans le budget de 2018, un montant de 3,8 millions de dollars a été accordé pour l'établissement d'un plan de recherche stratégique cernant de nouvelles façons de mener des recherches avec les communautés autochtones, notamment des stratégies pour renforcer la capacité des communautés autochtones à effectuer des recherches et à établir des partenariats avec l'ensemble de la communauté de recherche. Le CRSH dirige cette initiative en collaboration avec les autres organismes subventionnaires. Un plan de mobilisation a été créé pour atteindre les objectifs de l'allocation du budget de 2018. Un plan stratégique préliminaire est présentement en développement en collaboration avec les communautés autochtones. Le plan comprend 2 volets :

  • volet A : consistait en une série de tables rondes et d'ateliers avec les Premières Nations, les Inuit et les Métis, organisés en partenariat avec des organismes autochtones. Ce volet comprenait aussi la mobilisation au moyen d'une plateforme en ligne et la convocation des récipiendaires des subventions Connexion et de membres de la communauté autochtone à un dialogue national qui a eu lieu en mars 2019. Un total de 14 événements régionaux ont eu lieu entre juillet 2018 et mars 2019;
  • volet B : consistait au lancement d'un appel spécial pour l'octroi de subventions Connexion sur la recherche autochtone et la réconciliation à des organismes autochtones et à des chercheurs afin de soutenir leur leadership dans l'organisation de leurs propres activités de mobilisation et pour favoriser l'élaboration d'exposés de principe. Un total de 116 subventions a été octroyé, dont la majorité à des organismes autochtones à but non lucratif. Les exposés de principes ont été reçus en février et en mars 2019. En juillet 2018, le CRSH a embauché un directeur, recherche autochtone pour superviser la mise en œuvre du plan de mobilisation et diriger la co-création du plan de recherche stratégique qui permettra de recommander un nouveau modèle de recherche autochtone et de formation en recherche.

Liens connexes

Date de modification :