Commémoration

Apprenez comment le gouvernement du Canada répond aux appels à l'action 79 à 83 de la Commission de vérité et de réconciliation.

79. Nous demandons au gouvernement fédéral d'établir, en collaboration avec les survivants, les organisations autochtones et les membres de la communauté artistique, un cadre de travail se rapportant à la réconciliation pour les besoins du patrimoine canadien et des activités de commémoration. Ce cadre engloberait notamment ce qui suit :

  1. la modification de la Loi sur les lieux et monuments historiques de manière à inclure la représentation des Premières Nations, des Inuit et des Métis au sein de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada et de son secrétariat;
  2. l'examen des politiques, des critères et des pratiques se rattachant au Programme national de commémoration historique pour intégrer l'histoire, les valeurs patrimoniales et les pratiques de la mémoire autochtones au patrimoine et à l'histoire du Canada;
  3. l'élaboration et la mise en œuvre d'un plan national du patrimoine et d'une stratégie pour la commémoration des sites des pensionnats, de l'histoire et des séquelles de ces pensionnats et de la contribution des peuples autochtones à l'histoire du Canada.

Que se passe-t-il?

Le gouvernement du Canada travaille avec divers partenaires pour modifier la composition de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada afin d'inclure des représentants des Premières Nations, des Inuit et des Métis. Le projet de loi C-374 propose des modifications à la Loi sur les lieux et monuments historiques afin de permettre la nomination de 3 nouveaux commissaires. Il est important de veiller à ce que la façon dont les lieux historiques, les événements et les personnes d'importance nationale sont présentés et commémorés soit inclusive des perspectives des peuples autochtones. Le point de vue des Autochtones est donc essentiel à cet engagement. Le gouvernement du Canada s'est aussi engagé à présenter l'héritage des pensionnats de manière significative et de façon à respecter la diversité des points de vue des survivants, tout en étant ouvert à de nouveaux modes de commémoration.

Les partenaires autochtones ont commencé à être mobilisés au sujet de la commémoration nationale de l'héritage des pensionnats et au sujet des rôles et responsabilités qu'assumeront les 3 autres membres qui devraient se joindre à la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Pour donner suite à cet appel à l'action, on a annoncé dans le budget de 2018 une attribution de 23,9 millions de dollars sur 5 ans, à compter de l'exercice de 2018 à 2019, pour que Parcs Canada puisse intégrer les points de vue, l'histoire et le patrimoine autochtones dans les parcs nationaux, les aires marines nationales de conservation et les lieux historiques nationaux qu'il gère.

80. Nous demandons au gouvernement fédéral d'établir comme jour férié, en collaboration avec les peuples autochtones, une journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour honorer les survivants, leurs familles et leurs communautés et s'assurer que la commémoration de l'histoire et des séquelles des pensionnats demeure un élément essentiel du processus de réconciliation.

Que se passe-t-il?

Afin de permettre aux communautés de reconnaître et de commémorer l'héritage des pensionnats durant la Journée nationale de vérité et de réconciliation proposée et de célébrer le patrimoine unique, les cultures diverses et les contributions extraordinaires des Premières Nations et des peuples inuits et métis lors de la Journée nationale des peuples autochtones, on a annoncé dans le budget de 2019 un financement de 10 millions de dollars sur 2 ans, à compter de l'exercice financier de 2019 à 2020, pour aider les organisations non gouvernementales et communautaires à organiser des événements dans les communautés partout au Canada dans le cadre du Programme des célébrations et commémorations de Patrimoine canadien.

81. Nous demandons au gouvernement fédéral, en collaboration avec les survivants et leurs organisations de même qu'avec les autres parties à la Convention de règlement, de commander un monument national sur les pensionnats et de l'installer de manière à ce qu'il soit accessible au public et très visible dans la ville d'Ottawa, et ce, pour honorer les survivants et tous les enfants qu'ont perdus les familles et les communautés concernées.

Que se passe-t-il?

Le gouvernement du Canada est déterminé à mettre en œuvre tous les appels à l'action. Le travail sur l'appel à l'action 81 en est aux premières étapes de la planification, plus précisément le travail entourant les consultations auprès des peuples autochtones.

82. Nous demandons aux gouvernements provinciaux et territoriaux, en collaboration avec les survivants et leurs organisations de même qu'avec les autres parties à la Convention de règlement, de commander un monument national sur les pensionnats et de l'installer de manière à ce qu'il soit accessible au public et très visible dans chaque capitale, et ce, pour honorer les survivants et tous les enfants qu'ont perdus les familles et les communautés concernées.

Que se passe-t-il?

Le gouvernement du Canada n'est pas responsable de l'appel à l'action 82.

83. Nous demandons au Conseil des arts du Canada d'établir, en tant que priorité de financement, une stratégie visant à aider les artistes autochtones et non autochtones à entreprendre des projets de collaboration et à produire des œuvres qui contribueront au processus de réconciliation.

Que se passe-t-il?

Le Conseil des arts du Canada (CAC), en partenariat avec la Commission de vérité et réconciliation, a élaboré l'initiative {Ré}conciliation en 2015, en collaboration avec la Fondation de la famille J.W. McConnell et le Cercle sur la philanthropie et les peuples autochtones au Canada. Dans le cadre de l'initiative, le CAC invitait les artistes, les collectifs et les organismes artistiques des Premières Nations, inuits et métis, y compris des représentants d'initiatives de collaboration entre les artistes ou les organismes autochtones et non autochtones, à présenter des demandes de financement pour des projets qui misent sur les arts pour nourrir le dialogue entre les peuples autochtones et non autochtones.

Dans le cadre du programme qui a été offert pendant 2 ans, jusqu'à la fin de l'exercice de 2016 à 2017, on a versé 1,8 million de dollars pour financer 26 projets. Parmi les projets financés, notons les ateliers intitulés « Opening the Doors to Dialogue ». Samuel Thomas, artiste de la nation Cayoga des Six Nations, a animé 42 ateliers dans 8 communautés en Ontario et en Saskatchewan, invitant les Autochtones et les non Autochtones à emperler des portes pour favoriser la revendication, la guérison et la réconciliation. Dans le cadre d'un autre projet financé, le Mi'kmaw Native Friendship Centre d'Halifax a invité 50 membres de la communauté autochtone à créer chacun une tuile en argile racontant l'histoire qu'ils souhaiteraient faire connaître aux autres. Les tuiles ont été assemblées pour former une murale communautaire au Mi'kmaw Native Friendship Centre.

En avril 2017, le conseil a lancé le programme Créer, connaître et partager : Arts et cultures des Premières Nations, des Inuit et des Métis, dans le cadre duquel les projets qui ont été financés par l'initiative {Ré}conciliation sont maintenant admissibles. De manière générale, le programme Créer, connaître et partager : Arts et cultures des Premières Nations, des Inuit et des Métis appuie les particuliers, les groupes, les organismes artistiques autochtones et les organismes de développement du secteur des arts et du secteur culturel qui favorisent la mise en place d'un écosystème artistique autochtone dynamique et résilient.

D'ici 2021, le conseil devrait avoir triplé son investissement dans les arts autochtones.

Liens connexes

Date de modification :