Poésie

De rouge et de blanc

Virginia Pésémapéo Bordeleau

Résumé de De rouge et de blanc

Poésie de la conciliation et de la rencontre, De rouge et de blanc marque une histoire des peuples amérindiens. Celle de la rencontre, et du questionnement de soi où se nourrit l'altérité.

Dans les poèmes de Virginia Pésémapéo Bordeleau la vie est toujours dans la conquête de soi et du monde. Le seul territoire possible est l'imaginaire qui aménage les passerelles entre les êtres humains. Née du choc de deux cultures, l'auteure revendique et assume son double, éclairé par la magie de l'alphabet.

(Source : Mémoire d'encrier)

Les visages de la terres

Louis-Karl Picard-Sioui

Résumé de Les visages de la terres

Du deuil douloureux de l'ancêtre toujours présent au legs à laisser à la jeune génération, Les visages de la terre explore l'univers spirituel wendat dans le vécu quotidien du poète.

Après la poésie guerrière et revendicatrice proposée dans De la paix en jachère (2012), Louis-Karl Picard-Sioui retourne à ses racines wendat dans son tout nouveau recueil, Les visages de la terre.

(Source : Éditions d'Hannenorak)

Mangeurs de pemmican

Marilyn Dumont; traduit de l'anglais par Sylvie Nicolas

Résumé de Mangeurs de pemmican

À cette relecture poétique de l'histoire à travers les yeux de Riel, de Gabriel et de Madeleine Dumont, se greffent des poèmes sur le bison, l'art sensible du perlage, la charrette de la rivière Rouge, les langues mitchif, française et crie, que parlaient les ancêtres de Dumont. Mangeurs de pemmican témoigne de la force vive de la diversité des identités culturelles plutôt que de ses fragilités.

(Source: Éditions Hannenorak)

Ki wapaminan

Élèves atikamekw

Résumé de Ki wapaminan

Les élèves atikamekw de l'École secondaire Barthélemy-Joliette publient un premier recueil de poésie, sous la direction artistique de la poète et enseignante de français Janie Handfield. Ce recueil établit, entre autres, une correspondance unique et touchante entre les auteurs atikamekw et les poètes du collectif Moyens fakirs de Joliette, dirigé par l'enseignant Dominique Corneillier. Ki wapaminan est empreint d'un tiraillement identitaire entre la « ville » et la communauté atikamekw. Il est également marqué d'un discours politique imageant les contours d'un territoire où Autochtones et camarades québécois se rencontrent, s'écoutent et y partagent leur culture.

(Source : Librairie Hannenorak)

Ma peau aime le Nord

Manon Nolin

Résumé de Ma peau aime le Nord

Ma peau aime le Nord, premier recueil de poésie de Manon Nolin, dévoile l'attachement sans borne qu'a la poète innue pour sa culture, pour les traditions de ses ancêtres, pour son territoire. Son écriture jette un regard intime sur la vulnérabilité d'un peuple, d'une femme. Au fil des pages, un désir de nommer, de dénoncer et une volonté de s'affirmer se manifestent. Le chemin moderne vers la tradition se profile au cœur de l'immensité nordique.

(Source : Éditions Hannenorak)

Uiesh - Quelque part

Joséphine Bacon

Résumé de Uiesh - Quelque part

Quelque part, une Aînée avance. Elle porte en elle Nutshimit, Terre des ancêtres. Une mémoire vive nomadise, épiant la ville, ce lieu indéfini. La parole agrandit le cercle de l'humanité. Joséphine Bacon fixe l'horizon, conte les silences et l'immensité du territoire.

"Je n'ai pas la démarche féline
J'ai le dos des femmes ancêtres
Les jambes arquées
De celles qui ont portagé
De celles qui accouchent
En marchant
Apu tapue utshimashkueupaniuian pemuteiani
Anikashkau nishpishkun miam tshiashishkueu
Nuatshikaten
Miam ishkueu ka pakatat
Miam ishkueu ka peshuat auassa pemuteti"

Née en 1947, Joséphine Bacon est amérindienne, innue de Betsiamites. Poète et réalisatrice, elle vit à Montréal. Elle est l'auteure d'une œuvre poétique d'une grande puissance reconnue dans le monde entier.

(Source : Mémoire D'encrier)

A'yarahskwa' - J'avance mon chemin

Jean Sioui (Huron-Wendat)

Résumé de A'yarahskwa' - J'avance mon chemin

La poésie aide à résister. La vérité s'appelle tradition, humour, sagesse. Jean Sioui, Aîné de la communauté wendat, met lumière et couleurs sur la réalité : « Mes pensées rencontrent celles de mes ancêtres. Je veux simplement que vous voyagiez avec moi. »

"Les hommes nous ont nommé indiens
pour tracer la carte de leur voyage

Les hommes nous ont donné des noms
dans le sarcasme de leur langue

Au fond de leurs yeux brillaient des fourrures d'or"

Mot de l'auteur
La blessure est grande. Les gens de mon peuple sont en train de se soigner. On a eu une longue période de survie, celle de nos parents, qui luttaient contre la faim et l'humiliation. Ils ont tout fait pour vivre simplement. Ils se sont tournés vers le tourisme et l'artisanat. Nos jeunes ont soif de se connaître. Ils n'acceptent plus çà. Ils nous forcent à l'authenticité, à l'art, à la poésie. Ce ne sont pas des plumes, des macarons ni des habits qui font un Indien, c'est une âme.

Né en 1948, Jean Sioui est poète et romancier. Il est Wendat du clan de l'Ours. Il a publié chez Mémoire d'encrier Mon couteau croche (2015) et A'yarahskwa' - J'avance mon chemin (2019).

(Source : Mémoire D'encrier)

Manikanetish

Naomi Fontaine

Résumé deManikanetish

Une enseignante de français en poste sur une réserve indienne de la Côte-Nord raconte son univers, celui de ses élèves qui cherchent à se prendre en main. Autochtone, elle tentera tout pour les sauver du désespoir, même se lancer en théâtre avec eux. Dans ces voix, regards et paysages se détachent la lutte et l'espoir.

(source : Mémoire d'encrier)

Ballades d'amour du North End

Katherena Vermette
Traduit de l'anglais par Hélène Lépine

Résumé deBallades d'amour du North End

Katherena Vermette, poète métisse du Manitoba, nous offre un chant rythmé qui nous envoûte peu à peu et nous entraîne au cœur de l'univers complexe qui le nourrit : l'extrémité nord de Winnipeg, le «Nortend» comme l'appellent ses habitants pour la plupart Amérindiens ou Métis. Chaque poème est un tableau que brossent par petites touches sa langue dépouillée, vraie, ses images fortes puisant à même ce paysage urbain, rude et pourtant inspirant. S'y profilent joies fugaces, souvenirs douloureux, désirs de renouveau. Sa voix singulière se déploie au fil du recueil comme la rivière qui la tourmente : légère en surface, grave et puissante quand elle va en profondeur. Son chant se fait choral pour clore le recueil et laisser résonner les voix de ses sœurs, de ses semblables, si souvent étouffées. Cette œuvre poignante et généreuse est celle d'une écrivaine qui a su par les mots nous ouvrir les portes d'un monde dont nous ignorons tant, d'un monde qui résiste.

(source : Renaud-Bray)

Un thé dans la toundra / Nipishapui nete mushuat

Joséphine Bacon

Résumé deUn thé dans la toundra / Nipishapui nete mushuat

Avec Joséphine Bacon commence une nouvelle histoire de la poésie québécoise. Voix de la sagesse et de l'histoire innue, elle défriche de nouveaux territoires et fait résonner la voix des aînés, enseignant ainsi les valeurs, les mythes et les croyances des peuples des Premières Nations. Cet ouvrage est une bouffée de fraîcheur.

Joséphine Bacon nous rassemble autour de son recueil Un thé dans la toundra / Nipishapui nete mushuat. Si son premier recueil Bâtons à message / Tshissinuashitakana (Mémoire d'encrier, 2009) nous avait plongés dans la mémoire des origines, Un thé dans la toundra constitue une expérience insolite qui conjugue initiation et voyance. La verte toundra représente l'horizon et la patience qui fondent l'être selon certains principes comme l'ancrage à la terre et le respect de la nature.

(source : Radio Canada)

Bâtons à message Tshissinuatshitakana

Joséphine Bacon

Résumé de Bâtons à message Tshissinuatshitakana

Cet ouvrage bilingue (français et innu-aimun) est une invitation au dialogue. Bâtons à message fait référence à un ensemble de repères qui permettent aux nomades de s'orienter à l'intérieur des terres et de retrouver leur voie/voix. Également poétique de la relation, l'ouvrage est fondé sur l'entraide, la solidarité et le partage, nécessaires à la survie du peuple innu. En écho revient la langue de Nutshimit, la langue de la terre, scandée par le tambour. Résonne ainsi l'histoire des Peuples premiers dans leur juste colère et leur lutte pour la dignité, pour le territoire et pour un vivre-ensemble.

(source : maison d'édition Mémoire d'encrier)

Uashtessiu Lumière d'automne

Rita Mestokosho, Jean Désy

Résumé deUashtessiu Lumière d'automne

Deux nomades, poètes, guérisseurs, l'une innue, l'autre, québécois, partagent l'amour du même territoire : la Côte-Nord et, au-delà, le Nord. Uashtessiu Lumière d'automne rassemble les correspondances qu'ils se sont échangées. Quatre saisons pour tisser l'amitié, instants précieux, souffle profond des ancêtres, cri de rivières étranglées, clarté de l'enfance. La parole poétique relie les coeurs là où souvent d'autres formes de langage échouent à rejoindre l'autre. Ils sont d'un territoire à la fois pareil et distinct. Le territoire de la parole et de la terre infinie qui forge les destins des femmes et des hommes. Uashtessiu/Lumière d'automne offre en écho ces paroles instantanées qui s'attachent au lit de la rivière Romaine, à la mémoire des ancêtres, au temps qui passe. Paroles vives qui donnent souvent un sens à nos vides et une lumière radieuse au monde.

(source : les éditions Mémoire d'encrier)

Une vraie bonne petite Métisse

Marilyn Dumont
(traduction de Sylvie Nicolas)

Résumé deUne vraie bonne petite Métisse

Signée par Sylvie Nicolas, cette traduction du tout premier recueil de poésie de Marilyn Dumont, A Really Good Brown Girl (Brick Books, 1996), permet enfin aux francophones de découvrir l'œuvre de l'auteure métisse. Directe, sensible, sensuelle, ironique et touchante, l'écriture de Marilyn Dumont témoigne des préjugés et de la méconnaissance des Blancs face à l'histoire des Métis. Sa poésie balaie toutes les frontières susceptibles d'étouffer le souffle d'un héritage d'une grande humanité.

(source : Éditions Hannenorak)
Recommandation par l'un/e de nos abonnés(es). Merci!

Sans pitié

David Groulx
(traduction d'Éric Charlebois)

Résumé de Sans pitié

Sans pitié offre un vibrant portrait des réalités quotidiennes d'un Autochtone vivant au Canada. Ce recueil traite de métissage, de culture et de souveraineté, des sujets qui sont toujours d'actualité et toujours marqués du sceau des préjugés, de l'oppression et de l'injustice. Dans une langue directe et incisive, le poète les dénonce avec force et sensibilité.

(source : les Éditions David)

S'agripper aux fleurs

Collectif de femmes innues

Résumé de Bâtons à message Tshissinuatshitakana

Trois femmes innues, natives de la Côte-Nord, signent ce recueil empreint d'une saveur typiquement autochtone. Des mots tendres témoignent de l'admiration vouée aux ancêtres ; des mots drus disent les frustrations, les abus, les blessures à l'âme, le désarroi. Leurs haïkus révèlent la vérité nue d'un peuple des grands espaces confiné à la « réserve », une réserve qui a peut-être le mérite de protéger l'identité, mais qui coupe néanmoins des ailes. Voilà que des êtres de silence libèrent la parole, voilà que des femmes de tradition orale passent à l'écrit. Leurs mots sont autant de « bâtons à messages » (tshissinuashitakana) qui parlent d'une identité à assumer, d'une fierté à retrouver. De toute urgence.

(source : les Éditions David)

Date de modification :